Home
Forum Blog
Profile du chirurgien
Oncologie urologique
Presse
Video & Audio
Articles
Droit legal du site
Témoignages des patients
Informations aux patients
Instructions aux patients
Question-Reponse
Forum
Blog
Home Contact Plan du site
Version imprimable Alerto vos amis | Phone: 1-212-365-5000
English Español Italiano Français Deutsch Hebrew
Cancer prostatique
Cancer prostatique
Options chirurgicales
Prostatectomie da Vinci
Prostatectomie laparoscopique
Chirurgie robotique
Sexe après une prostatectomie
FAQ du cancer de la prostate
Questions et réponses
Chirurgie robotique
Hormonothérapie
Radiothérapie
Dépistage de la prostate
Cancer de la vessie
Cancer de la vessie
Cystectomie robotique
Prévention
Hyperplasie prostatique bénigne
Hyperplasie prostatique bénigne
Laser GreenLight PVP
Témoignages
 
Barry G., USA
Je suis entièrement satisfait du résultat. Comme la douleur et la gêne après l'intervention étaient moins importantes que ce que j'avais anticipé, je n'ai pas eu besoin de Percocet et en remplacement, j'ai préféré  faire confiance à l'efficacité du Tylenol. De plus n'ayant jamais ressenti de spasmes perceptibles de la vessie, je n'ai pas eu besoin de prendre du Detrol LA. Hier, six semaines s'étaient écoulées depuis l'intervention chirurgicale et je me sens bien. Mon incontinence est maintenant négligeable, et je peux me contrôler 99 % du temps.
more...
Ian R, Toronto, Canada
Il y a un peu plus d'un an, le 22 décembre 2008, j'ai été diagnostiqué avec le cancer de la prostate. Simultanément à cette nouvelle traumatisante, j'ai été forcé de choisir un traitement devant toute une panoplie d'options, allant du traitement différé à l’irradiation, aux ultrasons à haute fréquence, à la chirurgie classique et à la chirurgie laparoscopique.
more...
A. Bartoc, Roumanie
J'ai contacté le Dr. Samadi avec toutes les informations appropriées, et j'ai été très heureux lorsqu'il a donné son accord pour soigner mon père. Une date d'opération a été planifiée et nous avons commencé toutes les démarches nécessaires pour hospitaliser mon père comme patient international à l'Hôpital Columbia Presbyterian de New York. Pendant toute la période avant l'intervention, le Dr. Samadi et le centre international de Colombia ont été disponibles pour répondre à toutes nos questions et préoccupations.
more...
All testimonials...
Home | Cancer vessie
Cancer de la vessie – guide aux patients
Malgré les recherches avancées, le cancer de la vessie reste un des plus commun diagnostics. En effet, environ 50.000 d’entre nous développeront le cancer à la vessie cette année, et plus de 12.000 en perdront la vie. Environ 35.000 hommes et 15.000 femmes sont atteints du cancer de la vessie chaque année. En général, la maladie semble toucher d’avantage les blancs que sud-américains et afro-américains et des taux beaucoup plus bas ont été constatés chez les asiatiques. Des études conduites par le National Cancer Institute ont montré que les cancers de la vessie touchent surtout les hommes et femmes de plus de 40 ans. Malheureusement, comme avec le cancer de la prostate, le cancer de la vessie ne présente pas de symptômes faciles à identifiés puisque le développement est plutôt lent.

Comme pour beaucoup de cancers, les causes du cancer de la vessie sont encore inconnues. Toutefois, la recherche a montré qu’une variété d’agents trouvés dans les urines peuvent faciliter le développement de la maladie comme le tabac dans environ 50% des cas.

Les produits chimiques industriels … comme benzidine et beta-naphtylamine, d’autres composants connus sous le nom d’arylamines et également une basse consommation de liquide ont été associés au cancer de la vessie. Malheureusement, les risques de développer le cancer de la vessie augmentent avec l’âge. Les personnes de plus de 70 ans ont plus de chance de développer la maladie 2 à 3 fois plus vite que celles de 55 à 69 ans - et 15 à 20 fois plus vite que celles entre 30 et 54.

Dans 90% des cas, le cancer de la vessie naît dans les cellules qui revêtissent la vessie (transit épithélium). Même si les développements des symptômes ont tendances à être légers au début, le cancer de la vessie peut causer de l’anémie, de l’ incontinence urinaire ou bloquer le canal de l’uretère qui décharge normalement l’urine dans la vessie (cette condition est connue comme hydronephrose). La plus grave complication du cancer de la vessie est la propagation dans les autre organes.

Les signes du cancer de la vessie peuvent inclure du sang dans les urines ou la rétention des urines

En général, le premier symptôme caractéristique du cancer de la vessie est la présence de sang dans les urines (condition connue comme hématurie). Il n’est pas toujours visible à l’œil nu ce qui en retarde le diagnostic.. Similairement, le diagnostic du cancer de la vessie est souvent retardé parce que le sang dans les urines apparait de façon discontinue et n’est pas toujours décelé avec un simple examen. Le diagnostic peut être plus compliquée simplement du fait qu’ une urine rougeâtre ou des traces de sang dans l’urine ne sont pas forcément une indication de cancer de la vessie.

Une variété d’infections communes – qui va de simples infections urinaires à une maladie rénale, calculs et problèmes liés à la prostate – peuvent être la cause d’une hématurie ou d’urination excessives accompagnés de brûlure et douleur.

Du fait que ces conditions comme l’élargissement de la prostate et infections des voies urinaires telles que l’urètre ou la cystite peuvent présenter des symptômes similaires à ceux du cancer de la vessie (dysurie, hématurie, polyurie, etc.), il est essentiel de contacter votre médecin ou urologue dès l’apparition de l’un des symptômes pour un traitement immédiat quelque soit le problème.

Contacter le médecin dès l’apparition des symptômes mentionnés ci-dessous:
  • Inflammation chronique de la vessie, calcules à la vessie ou infections chroniques des voies urinaires.
  • Faiblesse temporaire de l’urination ou rétention urinaire inconfortable.
  • Inflammation de la zone lombaire – entre le diaphragme et le sacrum.
  • Difficulté à uriner ou urination fréquente hors de la norme.
  • Spasmes douloureux (tenesmus) ou une sensation de brûlure pendant l’urination.
  • Spasmes ou douleurs et malaise centrés dans la zone du pelvis – aine. Ou, une quelconque inflammation aux extrémités inférieures
Le cancer de la vessie est habituellement identifié par un examen des cellules cancérigènes dans les urines à travers un microscope (connu comme cytologie) ou durant une cystoscopie – l’inspection de la vessie est faite avec un tube très fin ( cystoscope) équipé de lentilles et lumière insérés dans la vessie par l’uretère.

Si vous notez des symptômes et si vous suspectez un cancer de la vessie, une parcelle de tissu de la vessie sera prélevé lors d’une une procédure cystoscopique pour examen. S’il s ‘agit du cancer de la vessie, un scanner CT (tomographie informatique) sera probablement nécessaire pour déterminer la phase et le type – pour contrôler la présence de métastases ou déceler une propagation dans d’autre parties du corps – comme les poumons, les ganglions lymphatiques, les os ou le foie.

Les cellules carcinomes transitionnelles sont La forme la plus commune de cancer de la vessie.

Les trois types principaux de cancers de la vessie sont : Les cellules carcinomes transitionnelels qui naissent dans les cellules des parois de la vessie, les carcinomes squameux originaires d’un type de cellules dans les parois de la vessie et les adénocarcinomes qui se développent dans les cellules glandulaires. D’autre formes de cancers de la vessie sont nouvellement identifiés. Si la tumeur n’est trouvée seulement à qu’à l’intérieur du muscle des parois de la vessie elle est considérée comme l’un des plus communs cancers de la vessie … TCC représente environ 90% des cas.

Il faut noter que 70% des cellules carcinomes transitionnelles sont superficielles – et ont donc peu de chance à se métastaser – ce qui râlentit la diffusion dans les tissus. Malheureusement, les autres 30% font parti du groupe musculaire invahissant – qui atteignent les parois musculaires de la vessie et potentiellement d’autres organes proches. Les options de traitement seront déterminées par la gravité du carcinome, la présence et location des métastases.

Une des formes les moins communes de cancer de la vessie … sont les carcinomes squameux des cellules représentant environ 8% des cas, et les adénocarcinomes seulement 1-2% . (Toutefois, dans 90-95% des cas ils sont considérés comme cancer colorectal). Naturellement, les différentes formes de cancer de la vessie réagissent différemment ; par conséquence le choix du traitement varie d’un patient à l’autre.

Un rôle plus actif dans le traitement du cancer de la vessie

Si un cancer de la vessie a été identifié, le traitement prescrit et les options de traitements seront principalement influencés par la gravité de l’invasion du cancer. Par exemple, il est possible d’éliminer le cancer superficiel (une tumeur qui n’a pas atteint le muscle de la vessie) avec un dispositif d’éléctrocautérisation durant une procédure connue comme cystoscopie laparoscopique robotiquement assistée.

L’immunothérapie sous forme de dose Bacillus Camette-Guerin (BCG) peut être utilisée comme traitement et prévenir la rechute d’une tumeur superficielle du cancer de la vessie. L’immunothérapie a prouvé être plutôt efficace dand les deux tiers des cas à ce stade. Il est également possible de recourir à la chimiothérapie pour le traitement des carcinomes superficiels de la vessie.

QSans traitement, une tumeur superficielle peut commencer à s’infiltrer et se développer en métastases, et une chirurgie durant laquelle une partie ou toute la vessie sera éliminée par les voies urinaires sera nécessaire. Dans certain cas, des urologues spécialisés peuvent créer une vessie de remplacement (ou néo-vessie) constituée de tissus intestinaux, mais ce genre d’ intervention dépendra de l’âge du patient, du fonctionement de ses reins, et de la localisation précise du cancer.

Observations à suivre afin de réduire substantiellement les risques de cancer :
  • • Mangez plus de choux, brocolis et autres légumes crucifères
  • • Ne fumez pas
  • Faites attention aux produits chimiques et aux sources d’eau privées, buvez beaucoup de liquide.
  • Enfin … contactez immédiatement votre médecin si vous remarquez du sang ou une couleur rougeâtre inexplicable dans les urines ou un disfonctionnement urinaire quelconque.
D’ autres facteurs à risque – selon des études faites certains facteurs peuvent contribuer au développement du cancer de la vessie. Si vous répondez « oui » à l’une des questions ci-dessous et si vous avez plus de 40 ans, il serait important de considérer un dépistage du cancer de la vessie.
  • • Avez vous consommé des préparations contenant de l’herbe Aristolochia Fangchi pour perdre du poids ?
  • Avez vous un régime comportant un haut contenu en graisses saturées ?
  • Avez vous été sujet a la radiothérapie ?
  • Y a t-il des cas de cancer de la vessie dans votre famille ?
  • Avez vous pris des médicaments contre le cancer du genre « cyclophosfamide » ?
  • Avez vous été exposé aux parasites schistosma haematobium ? … il sont assez communs dans les pays en cours de dévelopement.
Si vous décidez de prendre un rôle actif dans les décisions concernant votre traitement, consultez votre médecin et informez-vous le plus possible sur le cancer de la vessie et les options de traitements disponibles. Considérez un deuxième avis par un spécialiste du cancer de la vessie, comme un urologue, un oncologue ou un uro-oncologue.

En conclusion, le traitement dépendra de facteurs divers, comme l’âge, le poids, le type et la phase du cancer, les conditions physiques et les préférences personnelles du patient.

Pour plus d’informations sur les symptômes et traitements du cancer de la vessie. N’hésitez pas à nous contacter.


Home  •  Contact  •  Plan  •  Forum  •  Blog
Profile du chirurgien  •  Oncologie Urologique  •  Presse  •  Articles  •  Video & Audio  •  Droit legal du site
Témoignages des patients  •  Informations aux patients  •  Instructions aux patients  •  Question-Reponse
Questions et réponses  •  Chirurgie robotique  •  Hormonothérapie  •  Radiothérapie  •  Dépistage de la prostate
Cancer prostatique  •  Options Chirurgicales  •  Prostatectomie robotique da Vinci  •  Prostatectomie laparoscopique  •  Chirurgie robotique  •  Sexe après une prostatectomie
Hyperplasie prostatique benigne  •  Laser GreenLight PVP  •  Cancer de la vessie  •  Cystectomie robotique
DAVID B. SAMADI, M.D.
Chairman of Urology, Chief of Robotic Surgery at Lenox Hill Hospital, and Professor of Urology at Hofstra North Shore-LIJ School of Medicine
625 Madison Ave. Suite 230 New York, NY 10022
Tel: 1-212-365-5000 | Fax: 1-646-692-6744
Copyright © 2005-2017, David B. Samadi, M.D.